Un peu d’histoire

Un habitat préhistorique a sûrement existé sur notre territoire.
Des découvertes nombreuses de haches néolithiques ont été faites sur le secteur des Aigrefeuilles et de la Maison Neuve,
dans la zone sud de la commune qu’occupe aussi une vaste zone restée boisée, le Bois-Neuf.

L’histoire de la commune est celle des humbles. On ne note pas de grands événements.
Avant la Révolution, les petites seigneuries ont simplement vécu du labeur incessant des hommes de la terre.
En 1788, on se plaint de ne pas pouvoir franchir le Jaunay au gué de Garreau, trop souvent rendu impraticable par les inondations
et on réclame pont et route.
En 1789, le bourg compte toutefois de nombreux artisans ruraux liés aux métiers agricoles.

Durant la Révolution et les Guerres de Vendée, Martinet ne demeure pas en reste.
En 1793, ses hommes accompagnent ceux de Jean-Baptiste Joly qui part de la Chapelle-Hermier et en regroupe des centaines d’autres des communes environnantes.
Ils participent aux deux attaques manquées du pôle républicain des Sables d’Olonne.
Puis ils l’accompagnent plus ou moins régulièrement dans ses diverses campagnes militaires sur le territoire de la Vendée,
sous la conduite de leur premier maire et capitaine de paroisse Jacques Martin. Celui-ci est d’ailleurs pris au village du Petit-Bois, alors qu’il est venu acheter du tabac. Il sera interrogé et fusillé le 28 février 1794 à la Mothe-Achard.

Sous l’Empire, Martinet est le lieu où se cache un groupe de réfractaires à la conscription de Napoléon, venu des communes voisines. Un combat entre eux et les gendarmes a lieu près de la Florencière le 4 mars 1814, qui fait trois morts parmi les déserteurs et deux parmi les gendarmes.

Au cours du XIXème, l’agriculture s’améliore. De vastes surfaces de landes sont mises en exploitation et laissent apparaître plusieurs fermes nouvelles. 

La commune s’organise et progresse peu à peu. La population atteint plus de sept cents habitants en 1911, une quarantaine d’entre eux laissant cependant la vie dans les combats de 14-18. Décennie après décennie, le nombre d’habitants diminue jusque dans les années 80. Depuis 15 ans, le progression démographique a repris son essor : Martinet compte aujourd’hui près de 1100 habitants. 

Des éléments complémentaires sur l’histoire de Martinet et, plus généralement, sur le Pays des Achards sont accessibles auprès de l’association Histoire et Traditions du pays des Achards et sur son site. 

 
Etymologie
Le nom de Martinet évoque le marteau pilon mu par la force hydraulique.

Martinet-schema

 

 

 

 

 
 
 
 
 
Le nom peut aussi venir de l’oiseau. Le martinet, proche de l’hirondelle, est en effet très présent dans notre ciel depuis toujours.
 

 
 

Blason
212704
Les martinets évoquent simplement le nom de la commune.
Les lys naturels, d’argent sur fond bleu, évoquent la fleur et la couleur de la Vierge
Marie célébrée à Martinet par son pèlerinage de la Salette chaque mois de septembre depuis plus d’un siècle.

 

 
Liste des Maires successifs
 
De 1801 à 1830 : Victor-Jérôme Gilardeau
De 1801 à 1850 : Commune rattachée à Beaulieu-sous-la-Roche
De 1850 à 1852 : Pierre-Thomas Hymène de Fontevaux
De 1852 à 1868 : Léon Grolleau
De 1868 à 1871 : Henri Durand
De 1871 à 1894 : Léon Grolleau
De 1896 à 1929 : Emile Grolleau
De 1929 à 1938 : Philémon Babin
De 1938 à 1944 : Georges Bougault
De novembre 1944 à mai 1945 : Maximin Buton
De 1945 à 1983 : Georges Bougault
De 1983 à 1995 : Maxime Ménard
De 1995 à novembre 2007 : Pierre Mignen
Depuis 2007 : Alain Perrocheau